Animaux d’élevage

Attestra est mandatée par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) pour gérer le système d’identification et de traçabilité des bovins, ovins et cervidés du Québec.

Le point de départ

Le Québec possède une expertise de haut calibre en matière d’innocuité et de salubrité alimentaire. Son système d’identification et de traçabilité permet au secteur agroalimentaire québécois de bénéficier d’un outil de gestion efficace et de préserver sa réputation d’offrir des produits agricoles de qualité.

Le 25 septembre 2001, Agri-Traçabilité Québec (ATQ), organisme autonome sans but lucratif, était créé dans le but d’atteindre l’objectif commun visé par le gouvernement du Québec et l’Union des producteurs agricoles : la mise en place d’un système d’identification et de traçabilité des produits agricoles.

Depuis sa création, ATQ veille à développer, mettre en œuvre et gérer le système québécois d’identification et de traçabilité des animaux d’élevage et accompagne quotidiennement les intervenants du milieu agricole dans le cadre de leurs obligations de traçabilité.

En 2020, ATQ revoit son image de marque et devient Attestra. Attestra poursuit sa mission afin d’offrir des solutions sensées au service des secteurs bioalimentaire et de l’environnement pour assurer la sécurité et la confiance de la collectivité.

Au Québec

Trois particularités fondamentales distinguent le système québécois d’identification et de traçabilité : la notion de double identification de l’animal, l’existence d’une base de données multisectorielle dans laquelle sont colligées toutes les informations relatives à l’ensemble des productions et l’obligation pour l’ensemble des intervenants de déclarer les mouvements d’animaux. À ce jour, la traçabilité au Québec s’applique aux bovins, aux ovins et aux cervidés, de la ferme à l’abattoir.

Attestra en chiffres

Statistiques au 31 mars 2020
Intervenants inscrits dans la base de données d'Attestra
12 225
Sites enregistrés dans la base de données d'Attestra
16 363
Déclarations transmises entre le 1er avril 2019
et le 31 mars 2020
3 401 021
Identifiants commandés entre le 1er avril 2019
et le 31 mars 2020
752 486

Identification des sites

On définit un site comme étant un endroit, un bâtiment ou un pâturage où des animaux sont susceptibles d’être gardés ou d’y transiter. Chaque site se voit recevoir un numéro unique de sept (7) chiffres et ses coordonnées de géo-positionnement seront enregistrées dans la base de données d’Attestra.

Le portail d’identification des sites du Québec permet aux intervenants du Québec de faire une demande afin d’obtenir un numéro unique de site, de manière simple et sécurisée

Déclaration de déplacement des animaux

Tous les déplacements des animaux, de même que leur décès, doivent être déclarés à Attestra dès que ceux-ci entrent sur un nouveau site, soit une ferme, un pâturage communautaire, un encan, une exposition agricole, un abattoir, etc. Une traçabilité complète, de la naissance à l’abattoir, est donc réalisée au Québec.

Identification des animaux

Au Québec, les bovins, les ovins et les cervidés sont identifiés dès leur naissance, ou dès leur arrivée en sol québécois s’ils proviennent de l’extérieur, à l’aide de deux identifiants officiels, soit une boucle électronique de type RFID et un panneau visuel, tous deux reconnus par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA). Ceux-ci comportent le même numéro ISO de 15 chiffres, un numéro unique qui suivra l’animal durant toute sa vie.

Le producteur doit déclarer à Attestra qu’il a procédé à la pose des identifiants sur un animal, ou encore qu’il a reçu un nouvel animal sur sa ferme. Il transmettra donc à Attestra des renseignements précis sur chacun des animaux qu’il vient d’identifier ou de recevoir. Les identifiants doivent tous être posés selon des consignes strictes favorisant une rétention optimale.

Avantages

La traçabilité est la capacité de suivre le déplacement d’un produit ou d’un groupe de produits, qu’il s’agisse d’animaux, de végétaux, de produits alimentaires ou d’ingrédients, d’un point de la chaîne d’approvisionnement à un autre, en amont et en aval. Les systèmes de traçabilité animale se fondent sur trois éléments de base : l’identification des animaux, l’identification des sites où se trouvent les animaux et le suivi de déplacements des animaux.

L’objectif premier d’un système de traçabilité est d’assurer une surveillance sanitaire afin de protéger la santé humaine, la santé des animaux et la salubrité des aliments. En permettant le dépistage rapide d’un problème sanitaire à sa source et en assurant une intervention prioritaire et efficace, le système de traçabilité limite les répercussions économiques et sociales et préserve la valeur des cheptels.

Les épizooties et les maladies

La salubrité des aliments est au cœur des préoccupations des consommateurs, des gouvernements et de l’industrie agroalimentaire. Depuis plus d’une décennie, plusieurs crises majeures en matière de santé animale et de salubrité des aliments ont ébranlé autant les consommateurs que les producteurs agricoles. Nommons, à titre d’exemple : la crise de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB ou maladie de la vache folle), la grippe aviaire, la crise de la Listeria, les épidémies de salmonellose et les rappels d’aliments à répétitions, entre autres événements sanitaires majeurs.

Les avantages économiques

Les maladies infectieuses et crises sanitaires peuvent avoir des répercussions socio-économiques importantes. En 2001, l’épidémie de fièvre aphteuse qui a affecté l’Angleterre a entraîné l’abattage de plus de 6 millions d’animaux et des pertes économiques totales évaluées à plus de 12,4 milliards de dollars. Les pertes économiques ne sont pas seulement liées à la gestion de la crise, mais touchent aussi l’industrie agroalimentaire dans son ensemble, l’industrie du tourisme, la restauration et bien plus de secteurs encore.

Plus près de nous, en 2003, la crise de l’ESB a eu un impact négatif d’environ 7 milliards de dollars. Les principales pertes ont été occasionnées par la chute des exportations en raison de la fermeture des marchés extérieurs aux produits d’ici.
Bien que les événements cités datent de quelques années, les avantages de se doter d’un système d’identification sont plus que jamais d’actualité. Le rôle fondamental du système au Québec consiste à identifier et circonscrire rapidement la source d’une contagion et à limiter la propagation des maladies. Par ailleurs, l’année 2020 marquée par l’éclosion d’une pandémie humaine souligne la nécessité de se doter de systèmes efficaces, sûrs et harmonisés pour une intervention rapide, qui limite les risques inhérents à une crise sanitaire.

Le souci du consommateur

Les consommateurs sont de plus en plus soucieux de la qualité et de la salubrité des aliments qu’ils consomment. Un système de traçabilité efficace, en plus d’aider à maintenir la confiance des consommateurs en leurs produits alimentaires, peut s’avérer un outil important pour minimiser les impacts sur la santé humaine et animale en cas de crise sanitaire. Ainsi, en connaissant la provenance d’un produit agricole, l’itinéraire qu’il a emprunté, sa localisation exacte et les contacts qu’il a eus avec d’autres produits, il est possible d’assurer une réponse rapide en cas de problème et d’effectuer les rappels nécessaires à l’intérieur d’un délai raisonnable.

La renommée du Québec en matière de traçabilité

Les produits agricoles du Québec bénéficient d’une excellente réputation sur le plan international. Cette expertise locale est le fruit de nombreuses années de recherche et de décisions de nos producteurs afin d’atteindre l’excellence.

La traçabilité permet de préserver la valeur des cheptels en évitant un abattage systématique des animaux, s’il advenait une épidémie. Elle offre aussi une valeur ajoutée en donnant l’assurance que les animaux d’un élevage n’ont pas été en contact avec des animaux malades ou porteurs de la maladie.

Connectez-vous à votre dossier en ligne

Des plateformes web conçues sur mesure pour vous !